S1 - Préambule
S2 - Partenariats
S3 - Gouvernance
S4 - Intégrité organisationnelle
S5 - Finances
S6 - Collecte de fonds & communication avec le public
S7 - Méthodes de gestion & ressources humaines
S8 - Étapes vers la conformité
Questions?
Vous ne trouvez pas les réponses à vos questions ? Contactez-nous par courriel !
J'ai une question
PDF
Imprimer
Small
Medium
Large
English
Table des matières
Partenariats
S 2.2
Raison d'être
Indicateurs de conformité
Questions éthiques à poser
Exemples de bonnes pratiques éthiques
Exemples de mauvaises pratiques
  1. Les partenariats solides comprennent des activités permettant de résoudre les inégalités dues au déséquilibre de pouvoir. Les partenaires doivent déterminer et tâcher d’adopter des mesures concrètes afin de favoriser des relations équitables.


Raison d'être
Raison d'être

Par le passé, les pouvoirs étaient principalement attribués aux organisations qui disposaient d’importantes ressources financières. Cette dynamique du pouvoir a mené à ce que l’on considère les organisations du Sud comme des bénéficiaires et les organisations du Nord comme des donatrices. Souvent, les contributions des organisations du Sud ne sont pas appréciées ou reconnues à leur juste valeur. La priorité qu’on accorde généralement à certains éléments, comme les moyens de communication privilégiés au Nord (par exemple les technologies de l’information, l’accent mis sur la communication écrite et la prédominance de la langue anglaise ou française) peut signaler un déséquilibre des pouvoirs.

 

Cette norme permet de concrétiser le principe C5.5, qui veut que l’on s’efforce d’établir des partenariats équitables. Les membres du CCCI et leurs partenaires doivent agir conjointement et utiliser des moyens concrets afin d’établir des relations équitables grâce à l’adoption de mesures réalisables et utiles. Chaque partenaire a beaucoup à apporter à cette relation. À des degrés divers, les partenaires peuvent en effet apporter leur connaissance du contexte, de la culture et de la sensibilisation sociale; leur longue expérience dans le milieu communautaire; leur capacité d’analyse; leur méthodologie axée sur la communauté; leurs ressources matérielles et financières; leur accès auprès des décideurs ainsi que leurs liens avec des réseaux et leur accès à des technologies à l’échelle mondiale. Afin de respecter cette norme, il est essentiel de définir les déséquilibres de pouvoir existants et potentiels et de chercher des moyens visant à établir des relations équitables.

Retour en haut
Indicateurs de conformité
Indicateurs de conformité
  • On reconnaît et apprécie les contributions financières et non financières provenant de toutes les organisations qui sont parties au partenariat.
  • L’organisation et son partenaire ont dressé une liste de mesures concrètes visant à favoriser les relations équitables, et ils s’efforceront de les mettre en pratique.
  • Des efforts manifestes ont été déployés en vue de prévenir le déséquilibre des pouvoirs.
Retour en haut
Questions éthiques à poser
Questiond éthiques à poser
  • Avons-nous mûrement réfléchi au problème des inégalités?
  • Avons-nous déterminé les points forts et les capacités (notamment celles qui sont non financières ou intangibles) que chaque partenaire apporte à cette relation et qui contribuent à l’équilibre des pouvoirs?
  • Si la question leur était posée, les organisations du Sud répondraient-elles que ce partenariat est équitable et qu’elles ont l’impression d’être traitées comme des partenaires à part entière?
  • Sous quelles conditions, s’il en existe, l’un des partenaires peut-il dissoudre le partenariat de manière unilatérale?
Retour en haut
Exemples de bonnes pratiques éthiques
Exemples de bonnes pratiques éthiques
  • Assurer la participation adéquate de tous les partenaires à la planification, à l’exécution et à l’évaluation conjuguées des programmes.
  • Instaurer un équilibre dynamique où la contribution de chacun des partenaires est reconnue à sa juste valeur.
  • Élaborer conjointement des objectifs valables et réalisables, dans le cadre des initiatives, afin de prévenir les inégalités au sein du partenariat, et établir des objectifs et des calendriers provisoires.
  • Consulter les partenaires ayant une connaissance approfondie de leur pays au moment d’élaborer des programmes et des stratégies propres à celui-ci.
Retour en haut
Exemples de mauvaises pratiques
Exemples de mauvaises pratiques
  • Baser la relation sur le modèle paternaliste « donateurbénéficiaire ».
  • Soutirer de l’information ponctuelle aux partenaires du Sud afin de répondre à des besoins exclusifs au Nord.