CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Ressources

Information. Engagement. Réseautage.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Emploi
Ressources en emploi
Bénévolat et stages
Qui fait quoi
Coin des membres
Passer à l'action
Archives
Publications
Bon de commande
Liens


IMPRIMER

Bilan de la défense 2002

Note: Le CCCI a répondu à deux questions pour l'examen de la politique de défense qui sont pertinentes à son mandat. La liste complète des questions est disponible sur le site de consultation http://www.forces.gc.ca/consultations.

Le 20 septembre 2002

Information générale – Bilan de la défense
Quartier général de la défense nationale
101, Promenade du Colonel By
Ottawa (Ontario) K1A 0K2
Téléc. (613) 995-2610

Objet : Apport du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) au Bilan de la défense 2002

Question 1 du Ministère de la Défense :
Depuis la fin de la guerre froide, les Forces canadiennes ont mené simultanément d’importantes opérations outre-mer dans une multitude de théâtres partout dans le monde. De l’Europe à l’Asie, de l’Afrique à l’Amérique latine, et ici au Canada, elles ont été déployées plus de 70 fois depuis 1989. Croyez-vous que ce rythme ira en croissant, demeurera le même ou ralentira au cours des dix prochaines années ?

Réponse du CCCI:
La sécurité humaine ne s’est pas améliorée à l’échelle mondiale pendant les années qui ont suivi la guerre froide. En fait, les conflits régionaux se sont multipliés faisant un plus grand nombre de victimes parmi les civils.

Suivant cette tendance, les Forces canadiennes seront probablement sollicitées pour d’autres missions d’édification et de maintien de la paix par l’intermédiaire des Nations unies. En outre, comme le mentionne le rapport de la Commission internationale de l’intervention et de la souveraineté des États, La responsabilité de protéger, la communauté internationale collectivement, par l’entremise des Nations unies, a le devoir de secourir les peuples victimes d’insécurité flagrante. Le Canada, dont la sécurité dépend en bout de ligne d’un ordre international pacifique et stable, se doit de répondre positivement aux missions des Nations unies visant à protéger les personnes vulnérables. Par conséquent, dans cet esprit, il devrait se donner comme priorité le réaménagement des capacités militaires canadiennes, y compris le personnel, le matériel et la formation, en vue de répondre aux demandes prévisibles.

Le Canada est un des principaux promoteur de la notion de sécurité humaine à l’échelle de la planète. Dans ce contexte, il est important d’envisager les opérations de maintien de la paix et de protection des civils comme s’inscrivant dans un large éventail d’activités conçues pour faire face aux menaces à la sécurité humaine et promouvoir une gouvernance pacifique. Nous appuyons l’action du Canada qui dans ce domaine s’exerce par l’intermédiaire de sa participation dans le « Réseau de la sécurité humaine ».

La capacité militaire du Canada d’intervenir dans les multiples situations de crise ne représente qu’un aspect des enjeux liés à la sécurité humaine et à la promotion d’un monde plus pacifique. Il faut souligner que la perspective qui sous-tend les questions soulevées dans ce Bilan de la défense est trop limitée pour permettre d’adresser l’éventail des défis posés de nos jours par la sécurité mondiale. De nombreux membres du Conseil canadien pour la coopération internationale ont manifesté leur inquiétude au sujet du processus et des paramètres de la consultation menée par le ministère de la Défense nationale (MDN).

Question 10 du Ministère de la Défense :
Les frais de défense pour 2002-2003 s’élèvent actuellement à 11,8 milliards de dollars. Le budget de la Défense doit-il augmenter, demeurer le même ou diminuer ? L’une des grandes priorités du gouvernement devrait-elle être d’accorder d’autres fonds à la Défense ?

Réponse du CCCI:
Selon notre vision de la politique de défense, la grande priorité du gouvernement devrait être de se doter d’une perspective de la sécurité qui prenne en compte les causes de l’insécurité et favorise une démarche positive afin de renforcer la sécurité humaine dans le monde. Le Canada ne devrait pas augmenter ses dépenses militaires avant un examen exhaustif de ses politiques de la défense et des affaires étrangères, ainsi que des priorités de ces domaines, notamment, en ce qui concerne notre apport à la paix et à la sécurité internationale. Sans un tel examen, il n’y a aucun moyen de s’assurer qu’une plus grande capacité permettra d’atteindre les objectifs prioritaires, soit la protection et le maintien de la paix.

La contribution du Canada à la paix et à la sécurité internationale doit être élargie pour inclure une vaste gamme de composantes : l’aide au développement pour combattre les causes des conflits, la diplomatie pour résoudre les conflits et les forces armées dont l’objectif est de protéger les groupes vulnérables et de rétablir les conditions qui président à un ordre élémentaire indispensable au déroulement des processus politiques légitimes. Le Canada a considérablement affaibli sa capacité dans tous ces domaines par des années de lutte contre le déficit. Il importe de la rétablir de manière à contribuer efficacement à la paix et à la sécurité internationale dans le cadre de ce vaste programme.

Le Canada, tant sur le plan historique que géopolitique, s’est positionné, d’une manière exceptionnelle, pour l’édification et le maintien de la paix , selon la tradition initiée par Lester B. Pearson. La politique de défense du Canada devrait s’appuyer sur ses forces de maintien de la paix plutôt que sur ses faiblesses – l’engagement direct dans les combats. Outre, leur mandat premier d’assurer la sécurité et l’intégrité du territoire canadien, les Forces armées ont pris des engagements internationaux qui se réalisent de façon optimale dans le cadre de forums multilatéraux comme les Nations unies. Au sein de ces forums, le maintien de la paix s’avère la meilleure contribution du programme de défense du Canada. Et, à cette fin, il importe d’améliorer et de financer de manière appropriée les capacités militaires.

Cependant, nous insistons sur la nécessité qu’avant d’augmenter le budget de la défense, il faut effectuer un examen approfondi des politiques de la défense et des affaires étrangères ainsi que de leurs objectifs prioritaires, notamment en ce qui a trait à la contribution canadienne à la paix et à la sécurité internationale.


TOP
 
  • COIN DES MEMBRES
  • QUI FAIT QUOI
  • Devenez membre
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Code d'éthique
  • Bilan de l'aide