CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Ressources

Information. Engagement. Réseautage.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Emploi
Ressources en emploi
Bénévolat et stages
Qui fait quoi
Coin des membres
Passer à l'action
Archives
Publications
Bon de commande
Liens


IMPRIMER

Le premier ministre omet d'annoncer un programme canadien pour accroître et optimiser l'aide

Le 16 septembre 2005

Les ONG canadiennes sont consternées du fait que le premier ministre n'ait pas annoncé, aujourd'hui au sommet des Nations unies, un calendrier du Canada en vue de respecter son engagement international de contribuer à mettre fin à la pauvreté dans le monde.

À l'ordre du jour de ce sommet spécial figuraient trois points essentiels : La réforme des Nations unies, la consolidation de la paix et la sécurité et le bilan des progrès réalisés à l'égard des Objectifs du millénaire pour le développement. Malheureusement, alors que le premier ministre s'est attardé sur les deux premiers points, il n'a rien offert de nouveau aux pauvres du monde.

« Comment le premier ministre du Canada peut-il s'adresser à une assemblée d'une telle importance et ne pas mentionner les Objectifs du millénaire pour le développement ? » s'est demandé Gerry Barr, président-directeur général du Conseil canadien pour la coopération internationale et coprésident de la campagne Abolissons la pauvreté. « Le premier ministre a manqué une précieuse occasion de réaffirmer le leadership canadien sur la scène internationale. Ce qui exclut l'octroi de sommes supplémentaires au titre de l'aide. À aucun moment, M. Martin ne s'est engagé à progresser vers l'objectif de 0,7 p.100 fixé par les Nations unies pour les dépenses d'aide. Pas plus qu'il n'a pris l'engagement de déposer un projet de loi faisant de l'élimination de la pauvreté la finalité de l'aide canadienne ».

Il convient, toutefois, de féliciter le premier ministre pour le rôle du Canada dans l'adoption de la « Responsabilité de protéger », et pour avoir déclaré que la nouvelle Commission de consolidation de la paix aurait dû fonctionner de manière plus efficace.

Le premier ministre a aussi vigoureusement soutenu la création d'un conseil des droits de la personne et s'est dit particulièrement déçu du désaccord des dirigeants du monde sur la façon de le rendre fonctionnel et efficace. « Nous partageons la déception du premier ministre quant au manque d'initiative à l'égard de la commission de consolidation de la paix et d'un conseil des droits de la personne », d'ajouter M. Barr. « Cependant, Nous devons aussi, en tant que nation, octroyer de l'argent frais à l'aide au-delà des engagements actuels pour garantir aux pauvres l'exercice de leurs droits et aux plus vulnérables la protection dont ils ont besoin ».

Pour un complément d'information, joindre :

Gerry Barr
Président-directeur général
Conseil canadien pour la coopération internationale
Coprésident de Abolissons la pauvreté
Tél. :(613) 282-1086

Katia Gianneschi
Relations avec les médias
Tél. :(613) 241-7007, poste 311
katiag@ccic.ca


TOP
 
  • COIN DES MEMBRES
  • QUI FAIT QUOI
  • Devenez membre
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Code d'éthique
  • Bilan de l'aide