CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Ressources

Information. Engagement. Réseautage.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Emploi
Ressources en emploi
Bénévolat et stages
Qui fait quoi
Coin des membres
Passer à l'action
Archives
Publications
Bon de commande
Liens


IMPRIMER

L'aide internationale détournée au profit de la " guerre contre le terrorisme " selon le Bilan de l'aide 2004

Embargo : vendredi 28 mai 2004 - 1 :00 AM

Les pauvres de la planète subissent les conséquences des priorités des pays riches, et surtout de la guerre contre le terrorisme, selon le rapport du Bilan de l'aide 2004 publié aujourd'hui. Seule étude Nord-Sud des organisations non gouvernementales sur les priorités et les politiques d'aide internationale, elle indique en effet que " les tentatives actuelles de détournement des fonds alloués à la réduction de la pauvreté en fonction des intérêts de sécurité des donateurs constituent l'expression la plus préoccupante du problème endémique de l'affectation des ressources réservées à l'aide internationale en fonction des priorités des pays riches ".

Le lancement international du rapport, signé par des spécialistes du Nord et du Sud, a lieu à Ottawa. Selon Tony Tujan, économiste et analyste politique philippin qui préside le Réseau du Bilan de l'aide et qui se trouve à Ottawa pour l'occasion, " il existe un risque que l'aide internationale soit détournée de la nécessité absolue d'éliminer la pauvreté du grand nombre au profit de l'objectif étroit, et très probablement illusoire, d'assurer la sécurité de quelques-uns ".

L'aide internationale est de plus en plus considérée comme un instrument servant à promouvoir la sécurité et à combattre le terrorisme. Ainsi, l'Australie fait passer la réduction de la pauvreté après la sécurité dans la raison d'être de son aide internationale. L'aide accordée par le Danemark dépend de la participation active des pays à la " guerre contre le terrorisme ". Quant au Japon, il a révisé sa Charte de l'aide au développement en ajoutant la " prévention du terrorisme ".

Selon la nouvelle politique de sécurité nationale du gouvernement canadien, intitulée Protéger une société ouverte, le Canada accentuera ses efforts de développement des capacités en matière de lutte contre le terrorisme dans les États en développement. Selon Gerry Barr, président-directeur général du Conseil canadien pour la coopération internationale, " nous ne savons pas encore si ces efforts de sécurité seront financés à même le budget d'aide internationale. Mais nous savons ce que nous voulons : le budget de l'aide internationale doit servir à la lutte contre la pauvreté et non contre le terrorisme. "

En septembre 2000, aux Nations unies, les dirigeants du monde ont adhéré aux Objectifs de développement du millénaire (ODM), qui visent à réduire de moitié la proportion des personnes vivant dans la pauvreté d'ici à 2015. Mais à peine quatre ans plus tard, ces objectifs ne sont plus dans leur ligne de mire. " Il semblerait que la communauté internationale est encore une fois en train d'oublier ses engagements à l'égard d'un monde plus équitable, déplore M. Barr. Les Objectifs de développement du millénaire sont en péril parce que les pays donateurs font passer leurs intérêts particuliers avant la nécessité urgente de mettre un terme à la pauvreté. "

Près de la moitié de la population mondiale vit avec moins de 2 $US par jour, et le tiers des décès (50 000 personnes par jour) ont une cause liée à la pauvreté.

Les auteurs du Bilan de l'aide concluent que " l'aide internationale doit être traitée comme un fonds en fiducie dont les bénéficiaires sont les personnes qui vivent dans la pauvreté " et qu'elle ne doit pas être détournée au profit des mesures de sécurité et de la " guerre contre le terrorisme ".

Renseignements :

Katia Gianneschi
Relations avec les médias
Conseil canadien pour la coopération internationale
(613) 241-7007, poste 311
katiag@ccic.ca


TOP
 
  • COIN DES MEMBRES
  • QUI FAIT QUOI
  • Devenez membre
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Code d'éthique
  • Bilan de l'aide