CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Ressources

Information. Engagement. Réseautage.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Emploi
Ressources en emploi
Bénévolat et stages
Qui fait quoi
Coin des membres
Passer à l'action
Archives
Publications
Bon de commande
Liens


IMPRIMER

Aide internationale, un coup d’épée dans l’eau :
la réalité du renforcement des capacités liées au commerce

Communiqué

Le vendredi 12 septembre 2003 : lancement du rapport

Aide internationale, un coup d’épée dans l’eau :
la réalité du renforcement des capacités liées au commerce


Le renforcement des capacités liées au commerce (RCLC) n’atteint pas son objectif s’il vise à contribuer concrètement à la réduction de la pauvreté dans les pays en développement. C’est le message diffusé par le réseau du Bilan de l’aide dans le « bilan-réalité » qu’il rendra public à Cancun au Mexique, le vendredi 12 septembre.

La plupart des mesures de RCLC financées par les pays donateurs ont pour but d’aider les bénéficiaires à respecter leurs obligations et à se conformer aux règles de l’OMC. Or, le RCLC devrait améliorer l’aptitude des pays en développement à déterminer et à poursuivre leurs propres objectifs dans le cadre plus vaste de leurs plans de développement.

L’OMC et les pays donateurs se doivent de rectifier le tir sans tarder en corrigeant les faiblesses du RCLC pour faire en sorte que la réduction de la pauvreté soit vraiment au cœur des programmes de renforcement des capacités.

Ce que l’OMC ne dit pas, c’est que les programmes d’aide et les conditionnalités, sous l’action du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, ont servi à exercer des pressions sur les pays pour qu’ils se soumettent aux règles de l’OMC et, en général, au principe de la libéralisation du commerce, explique Antonio Tujan, de IBON Foundation Philippines, qui préside le comité de direction du Bilan de l’aide.

En définitive, il faut juger le système de commerce international dans la mesure où il aidera à éliminer la pauvreté et favoriser les droits de la personne et le développement durable dans le monde entier, déclare Gerry Barr, président-directeur général du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI). « Le commerce international est un moyen d’atteindre des objectifs publics et sociaux plus vastes et non une fin en soi ».

Le lancement du « bilan-réalité » (Reality Check Report) aura lieu le vendredi 12 septembre à l’hôtel Sierra Hotel (Centre des ONG), salle 10c, à 14 h.

Le Bilan de l’aide est le seul réseau mondial d’ONG de développement du Nord et du Sud qui surveille l’aide financière internationale et mène des actions de sensibilisation dans ce domaine.

Les participants au lancement seront :

  • Antonio Tujan, IBON, Philippines (63-917-814-0633)
  • Michael Bassett, CCCI, Canada (998-116-0262)
  • Gerry Barr, CCCI, Canada (prés., 998-116-0573)

Renseignements :

Katia Gianneschi,
CCCI,
à Cancun (998-116-0506)

Kristen Ostling,
CCCI, 
à Ottawa (613-241-7007, poste 301),
kostling@ccic.ca
 


TOP
 
  • COIN DES MEMBRES
  • QUI FAIT QUOI
  • Devenez membre
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Code d'éthique
  • Bilan de l'aide