CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Ressources

Information. Engagement. Réseautage.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Emploi
Ressources en emploi
Bénévolat et stages
Qui fait quoi
Coin des membres
Passer à l'action
Archives
Publications
Bon de commande
Liens


IMPRIMER

La réunion du G-8 à Windsor doit avoir 
à coeur de rattraper l'échec de Kananaskis

Pour diffusion immédiate

24 septembre 2002

Les ministres de la Coopération au développement du G-8 qui se réuniront à la fin de la semaine à Windsor devraient bien pouvoir rattraper l’échec de la rencontre de Kananaskis pour donner droit de cité à la proposition du premier ministre Jean Chrétien qui prévoit des fonds substantiels pour l’aide au développement de l’Afrique.

Le développement de l’Afrique constituait le point saillant du programme du G-8 à Kananaskis. Malheureusement la proposition de M. Chrétien, selon laquelle les pays donateurs s’engageraient à affecter six milliards au développement du continent africain a été rejetée faute de consensus. « Nous pressons instamment les ministres de la Coopération au développement de s’emparer de la balle », de dire le président-directeur général du Conseil canadien pour la coopération internationale, Gerry Barr. « Espérons que les pays du G-8 ne laisseront pas passer cette occasion de s’engager financièrement s’il faut s’attaquer sérieusement au développement de l’Afrique. »

Les ONG s’attendent, elles aussi, à des signaux précis indiquant que les ministres du G-8 rejettent les pratiques de développement qui se sont révélées infructueuses et qui, dans bien des cas, ont aggravé la pauvreté. Il faudrait consacrer les six milliards de dollars exclusivement aux objectifs d’élimination de la pauvreté et les Africains doivent avoir leur mot à dire sur les façons de dépenser cet argent. Les pays africains doivent avoir la possibilité d’élaborer leurs propres mécanismes de développement, et ne pas être forcés d’accepter les conditions des donateurs. Comme le déclare Gerry Barr, « le but de l’aide est de mettre fin à la pauvreté et non d’enrichir le secteur privé des pays donateurs ».

La réunion spécialisée du G-8 qui se tiendra les 26 et 27 septembre est une première pour les ministres de la coopération au développement.

Pour tout renseignement, joindre :

Katia Gianneschi
Relations avec les médias
Conseil canadien pour la coopération internationale
(613) 241-7007, poste 311
katiag@ccic.ca
 

* On peut obtenir sur demande des notes relatives au Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique et aux tendances actuelles des relations économiques du Canada avec l’Afrique au sud du Sahara.


TOP
 
  • COIN DES MEMBRES
  • QUI FAIT QUOI
  • Devenez membre
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Code d'éthique
  • Bilan de l'aide