CCCI - Flash
Le bulletin électronique bi-mensuel www.ccic.ca
IMPRIMER ENGLISH

Flash

Le 21 décembre 2007

Dernières nouvelles

  1. La Colombie, un cas type pour le rôle " fondé sur des principes " du Canada en Amérique. La négociation d'accords commerciaux bilatéraux est au cœur de la nouvelle stratégie canadienne en Amérique. L'accord de libre-échange actuellement en négociation avec la Colombie en est un exemple, mais Human Rights Watch considère que la Colombie possède le pire dossier du continent en matière de droits de la personne et de crise humanitaire. Le CCCI, et un certain nombre d'OSC intéressées par les droits de la personne et le développement en Colombie ainsi qu'ailleurs dans l'hémisphère Sud, affirment que ce type d'accord ne convient pas. Dans un commentaire à ce sujet, Gauri Sreenivasan, analyste principale du CCCI en matière de politiques commerciales, présente les arguments en faveur de l'arrêt des négociations actuelles. Voir le texte à l'adresse : www.ccic.ca/f/docs/004_commentary_2007-11_colombia.pdf.

  2. Des organismes de protection des droits de la personne contestent les affirmations du Canada à propos de la Colombie et dénonce la violation incessante des droits. L'inquiétude grandit à l'égard de la détermination du Canada à conclure un accord commercial avec la Colombie. Les organismes de défense des droits de la personne et les parlementaires augmentent la pression. Amnistie Internationale a écrit au ministre du Commerce international, David Emerson, afin de contester l'affirmation qu'il a faite devant le Comité du commerce international de la Chambre des communes selon laquelle la situation en Colombie s'améliorait (lettre en anglais seulement). M. Emerson a tenté de justifier la négociation d'un accord commercial avec la Colombie en dépit du fait que ce pays omet de s'attaquer aux graves problèmes de violation des droits de la personne. Amnistie Internationale demande une évaluation indépendante des conséquences sur les droits de la personne d'un éventuel accord commercial, et ce, avant que celui-ci ne soit conclu. Human Rights Watch a aussi adressé une lettre insistante au premier ministre Harper dans le même but (lettre). Selon l'organisme, beaucoup pensent, à bon droit, que le Canada ne se soucie pas de la violation des droits de la personne en Colombie et que, apparemment, le Canada souhaite faire comme si de rien n'était devant la situation critique des travailleurs et les massacres perpétrés par les forces paramilitaires. Des députés libéraux, bloquistes et néo-démocrates ont soulevé la question à la Chambre des communes ce mois-ci. On se souviendra de l'année 2007 comme de celle où le Canada s'est rapproché encore un peu plus du gouvernement Bush, au sujet de la Colombie et dans d'autres dossiers d'affaires étrangères. L'année 2008 pourrait être différente. Joignez-vous aux 5 000 autres Canadiennes et Canadiens qui ont déjà envoyé des lettres à leurs députés sur cette question par l'entremise des organismes suivants : Abolissons la pauvreté ( www.abolissonslapauvrete.ca/f/colombia/), KAIROS ( www.united-church.ca/getinvolved/takeaction/071115), Congrès du travail du Canada (http://action.clc-ctc.ca/fr/node/65) et Amnistie Internationale ( www.amnesty.ca/).

  3. Mise à jour du programme relatif aux droits de la personne à l'intention du Canada par Amnistie Internationale. " On sent que le Canada s'éloigne de son engagement total au multilatéralisme et favorise à présent, je crois, d'autres formes d'alliances nationales ou régionales [...] Le Canada doit faire de gros efforts pour continuer à être aux yeux de la communauté internationale ce qu'il a toujours été, c'est-à-dire un pays de consensus et un interlocuteur respecté de tous. " Cette citation, tirée d'un discours prononcé en octobre par Louise Arbour, haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, coiffe la mise à jour d'Amnistie Internationale, intitulée Le Canada et la protection des droits humains : Un leadership fragilisé?. Les événements des deux dernières années incitent Amnistie Internationale à se demander si la réputation mondiale du Canada, qui s'était fait le champion des droits de la personne, n'est pas en train de s'effriter. On pense ici à l'attitude du Canada envers les droits des peuples autochtones, la consolidation du système onusien des droits de la personne, la peine de mort et la de violation des droits de la personne à l'étranger. Comme on le souligne dans le rapport, le Canada a joué un rôle de premier plan dans le monde pour la protection des droits de la personne, mais force est de constater que les dernières décisions politiques ont affaibli ce leadership. Voir le rapport à l'adresse : www.amnistie.ca/images/stories/accueil/PDF/programme.pdf.

  4. Le CCCI avise le groupe de travail Manley que l'approche pangouvernementale du Canada en Afghanistan nuit au développement et à l'instauration de la paix. L'approche canadienne " intégrée " qui englobe le développement, la diplomatie, la défense et divers ministères a des effets pervers sur l'aide au développement et la consolidation de la paix en Afghanistan. L'approche " 3-D " donne priorité à l'aspect militaire, aux dépens du développement et de la diplomatie. Pis encore, il sert à militariser la consolidation de la paix ainsi que l'aide humanitaire et l'aide au développement. Ainsi, depuis deux ans s'est opéré un changement de politique prônant la sécurité avant tout et présumant que le développement suivra automatiquement. La sécurité est bien sûr importante, mais elle ne peut pas s'instaurer aux dépens du développement et des efforts diplomatiques. Les quatre options que le gouvernement propose au groupe de travail montrent le manque d'attention qu'il porte aux questions d'aide humanitaire, de développement et de diplomatie. L'effort militaire ne peut pas, à lui seul, garantir la sécurité. Le mémoire du CCCI montre comment l'approche pangouvernementale limite le développement et la consolidation de la paix dans les faits. Il démontre l'importance fondamentale d'une réorientation du rôle du Canada afin de permettre à l'ACDI et au MAECI, organes principaux en matière de développement et de diplomatie au service de la politique internationale canadienne, de participer à l'engagement du Canada en Afghanistan. Il plaide en faveur d'une approche qui marque clairement la différence entre le développement, la diplomatie et les fonctions militaires, en théorie comme en pratique. La version intégrale du mémoire se trouve à la page www.ccic.ca/f/docs/002_humanitarian_2007-12_ccic_submission.pdf.

  5. Le CCCI et d'autres OSC signent une lettre ouverte adressée au ministre de l'Environnement au sujet du changement climatique et du développement. Les OSC canadiennes se sont montrées très actives dans leurs efforts pour vaincre la résistance du Canada quant à l'établissement d'objectifs fermes et efficaces de réduction des émissions de CO2 à la conférence onusienne de Bali, en Indonésie. Alors que le gouvernement se rangeait du côté des États-Unis pendant la majorité de la conférence, la pression exercée par les Canadiens a finalement porté fruit le dernier jour des négociations, lorsque le Canada s'est retrouvé isolé des autres signataires de Kyoto et a abandonné son opposition initiale aux nouveaux objectifs de réduction pour 2020. Avant la conférence de Bali, dans une lettre ouverte adressée au ministre de l'Environnement John Baird, les principaux organismes d'aide humanitaire, de développement et de protection de l'environnement ont demandé au gouvernement canadien de changer ses politiques sur le réchauffement planétaire et de faire sa juste part pour prévenir les dangereux effets du changement climatique. Voir la lettre adressée à John Baird sur le site Web d'Oxfam Canada à l'adresse suivante (en anglais) : www.oxfam.ca/news-and-publications/news/open-letter-to-the-environment-minister-on-climate-change-and-development. Dans la lettre, on demande aussi que le Canada affermisse son engagement de financer les projets adaptés au changement climatique entrepris par les collectivités et les populations les plus vulnérables au réchauffement de la planète. Oxfam a produit un graphique illustrant l'injustice de la situation en comparant les pays riches et les pays pauvres en ce qui concerne les revenus et les émissions de carbone per capita; ce graphique montre clairement que la responsabilité des émissions et la capacité de payer incombe aux pays riches. On peut voir ce graphique à : www.oxfam.ca/news-and-publications/pressroom/injustice-a4.pdf.

  6. Des OSC du Nord et du Sud exigent que les États se dotent à Bali d'un mandat de transition économique et énergétique mondiale. L'International Forum on Globalization (IFG), un réseau d'OSC du Nord et du Sud luttant contre les effets de la mondialisation, a établi les éléments essentiels d'une nouvelle architecture conçue pour régler un ensemble de crises écologiques interreliées, entre autres la fin de l'énergie bon marché, la disparition de certaines espèces, la rareté de l'eau douce et l'appauvrissement des pêcheries, des forêts et d'autres ressources naturelles. Le document se trouve à l'adresse suivante (en anglais) : www.ifg.org/pdf/Bali_climate_change.pdf. Les organismes soutiennent les mouvements qui prônent une subsidiarité en vertu de laquelle le pouvoir doit se déplacer des niveaux international et national vers les économies locales, particulièrement dans le domaine des systèmes énergétiques et alimentaires. Pour plus de renseignements, visiter le site de l'Institute for Policy Studies (www.ips-dc.org) ou celui de l'IFG ( www.ifg.org).

  7. Le nouveau visage du financement du développement mondial - Conférence les 1er et 2 février 2008 à Ottawa. L'Initiative d'Halifax, de pair avec le CCCI, l'Institut Nord-Sud et le réseau Reality of Aid organisent une conférence, " Le nouveau visage du financement du développement mondial - Incidences et répercussions sur l'aide, le développement, le Sud et les institutions de Bretton Woods ". La conférence portera sur l'évolution du rôle et la pertinence du FMI et de la Banque mondiale, les initiatives du Sud visant à créer des sources de financement du développement indépendantes (telle que la Banque du Sud), les conséquences des actions des nouveaux acteurs (comme la Chine en Afrique), les sources de financement novatrices, les éléments manquants aux examens et aux débats actuels relatifs à l'efficacité de l'aide, et le besoin d'aller au-delà de l'aide d'urgence. Des experts venus du Sud viendront débattre de ces sujets. Comme les places sont limitées, prière de s'inscrire au plus tôt. La page Web de la conférence se trouve à : www.halifaxinitiative.org/index.php/current_events/1071 (en anglais seulement). Le projet d'ordre du jour est à l'adresse suivante : www.halifaxinitiative.org/updir/ordredujourFDM.doc. Pour s'inscrire, aller à : www.halifaxinitiative.org/Action_Alerts/conference.php?language=fr.

  8. Égalité des sexes et pauvreté : le dernier numéro de Poverty in Focus, le magazine de l'International Poverty Centre (IPC), est consacré à l'égalité entre les sexes. Ce numéro de Poverty in Focus contient une douzaine d'articles qui présentent et commentent certaines des études récentes les plus importantes sur la relation entre l'égalité des sexes et la pauvreté. La réduction de l'inégalité entre les sexes est une voie très prometteuse; le fait de donner plus de pouvoir aux femmes en améliorant leurs conditions de vie et en leur permettant de participer activement à la vie sociale et économique de leur pays pourrait bien être la clé du développement durable. Cette série d'articles montre combien il est important de reconnaître que l'inégalité entre les sexes contribue à entraver le développement social et économique, et donc qu'il est important d'entreprendre des réformes politiques et institutionnelles qui permettront de réduire la pauvreté et les injustices sociales de manière plus efficace. Le magazine peut être lu à l'adresse suivante (en anglais) : www.undp-povertycentre.org/pub/IPCPovertyInFocus13.pdf.

  9. Atelier sur l'égalité des sexes et l'aide humanitaire, Toronto, 10 janvier 2008. L'atelier est organisé par PAGER, un réseau informel de groupes d'aide humanitaire canadiens. L'objectif général est de donner aux participants : 1) une meilleure compréhension du problème de l'égalité des sexes dans le contexte des situations d'urgence, 2) un aperçu des ressources et des cadres de travail existants et 3) des idées d'actions concrètes. Pour obtenir un formulaire d'inscription, écrire à Madina Aliberdieva (du groupe FOCUS) à l'adresse suivante : madina.aliberdieva@focushumanitarian.org.

  10. Atelier de formation sur la cartographie des incidences, Ottawa, du 6 au 8 mars 2008. La cartographie des incidences est une approche pratique, souple et participative de la planification, du suivi et de l'évaluation. Utilisée pour la première fois par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) en 2000, la cartographie des incidences est appliquée à des projets, à des programmes et à des organismes partout dans le monde. Cette approche est adoptée par un nombre croissant d'organismes donateurs, d'ONG et de professionnels du suivi et de l'évaluation car elle leur permet de traiter d'aspects dont les méthodes traditionnelles ne tiennent pas compte. La cartographie des incidences est également au programme du Forum des dirigeants du CCCI (qui aura lieu les 17 et 18 janvier 2008). La formule de l'atelier appliquera les valeurs mêmes de participation qui sont à la base de la cartographie des incidences : aux exposés théoriques se combineront des discussions de groupe, une réflexion individuelle, des exercices en petits groupes et des études de cas. La matériel comprend un manuel, un CD-ROM en trois langues (anglais, français et espagnol) et le livre La cartographie des incidences : Intégrer l'apprentissage et la réflexion dans les programmes de développement, de Sarah Earl, Fred Carden et Terry Smutylo. L'atelier aura lieu à Oxfam Canada, à Ottawa (250, av. City Centre, bureau 400), du 6 au 8 mars 2008, de 9 h à 17 h. Prix : 600 $ par personne, 450 $ par personne représentant un organisme à but non lucratif. Pour plus de renseignements ou pour s'inscrire, communiquer avec Heidi Schaeffer (heidis@xplornet.com).

  11. Le Mouvement fédéraliste mondial fait pression pour la création d'une assemblée parlementaire des Nations Unies (APNU). Tandis que les gouvernements et les organismes d'aide prônent la gouvernance démocratique dans d'autres pays, Le Mouvement fédéraliste mondial (MFM) affirme qu'ils ne tiennent pas compte du déficit démocratique au niveau de la gouvernance mondiale. C'est pourquoi le MFM a lancé cette année une campagne de terrain internationale pour l'amélioration de la représentation de la population auprès des Nations Unies. Cette campagne vise à recueillir des appuis pour la création d'un organe consultatif parlementaire aux Nations Unies, qui serait la première étape d'une transition graduelle vers l'établissement d'un parlement mondial. Cette transition serait semblable à l'évolution du Parlement européen, qui prend part à la procédure de codécision de l'Union européenne et dont les membres sont élus par plus de
    490 millions d'électeurs. Au Canada, la campagne est menée par le Mouvement fédéraliste mondial du Canada, qui recherche des appuis auprès des particuliers et des organismes. Pour plus de renseignements ou pour donner son appui, visiter le site de la campagne à l'adresse suivante : http://fr.unpacampaign.org.

  12. Rappel : présentation du film Undermined: Communities, Consultation and Corporate Accountability in Guyana. Le Conseil ontarien pour la coopération internationale (OCIC) a contribué financièrement à la production d'un court métrage réalisé par deux cinéastes débutants d'Ottawa. Ce documentaire de 35 minutes présente le point de vue de huit Amérindiens de Guyane (Amérique du Sud) sur les enjeux de l'exploitation minière, en particulier sur la consultation de la collectivité et les activités des compagnies minières canadiennes établies à l'intérieur des terres, où d'importantes revendications territoriales sont toujours irrésolues. La première aura lieu à Ottawa, à Bibliothèque et Archives Canada, le 9 janvier 2008, de 19 h à 21 h. Le visionnement sera suivi de conférences et de discussions avec le public sur les sujets abordés dans le film. Entrée libre. Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec Emily Wilson ou Brent Parker à l'adresse info@undermined.ca, ou consulter le site Web du film : www.undermined.ca.

Flash éthique

  1. Comité d'étude du Code d'éthique - Occasion. Le Comité d'étude du Code d'éthique du CCCI vous intéresse ? Le rôle du Comité est d'aider les membres à respecter les normes du Code d'éthique et à aspirer à des niveaux supérieurs de conduite éthique. Le CCCI est à la recherche de personnes souhaitant pourvoir un poste vacant au sein du Comité. Le candidat, qu'il s'agisse d'un membre du conseil d'administration, d'un employé ou d'un bénévole, doit faire partie d'une des organisations membres du CCCI. Le CCCI n'exige pas qu'il soit un expert dans le domaine des programmes d'éthique, mais on s'attend à ce qu'il contribue à la compréhension des pratiques de développement et qu'il donne l'heure juste en ce qui concerne les expériences des organisations membres. Pour obtenir plus d'information, prière de communiquer avec Anne Buchanan au 613-241-7007, poste 315 ou à abuchanan@ccic.ca. La date limite pour poser sa candidature est le 16 janvier 2008.

 

HAUT
Tous droits réservés © 2009 Conseil canadien pour la coopération internationale | info@ccic-ccci.ca