CCCI - Flash
Le bulletin électronique bi-mensuel www.ccic.ca
IMPRIMER ENGLISH

Flash

Le 21 juillet 2006

Dernières nouvelles

  1. Anniversaire des concerts Live 8. Pour marquer l'anniversaire des concerts Live 8 qui ont précédé la rencontre du G8 à Gleneagles l'an dernier, la campagne Abolissons la pauvreté a demandé instamment aux dirigeants du G8, en particulier au premier ministre Stephen Harper, de profiter de la rencontre de cette année, en Russie, pour réaffirmer leur volonté d'éliminer la pauvreté. Steven Page, des Barenaked Ladies, David Miller, maire de Toronto et Gerry Barr, président de la campagne Abolissons la pauvreté, ont présenté une conférence de presse à Toronto le 29 juin dernier. " Les deux milliards et plus de personnes qui ont regardé les concerts Live 8 l'année dernière vont continuer de demander aux dirigeants du monde d'abolir la pauvreté, affirme Steven Page. Le concert a servi de tremplin à l'action mondiale contre la pauvreté. Maintenant, il faut une volonté politique. " Pour lire le communiqué de presse, voir www.makepovertyhistory.ca.

  2. Rappels au G8 sur des " Post it " géants. Ces papillons adhésifs ont été apposés au mur de l'édifice Langevin le 13 juillet pour rappeler au premier ministre Stephen Harper de tenir ses engagements à l'égard de l'abolition de la pauvreté durant la rencontre du G8 en Russie. Des sympathisants de la campagne Abolissons la pauvreté de quatre autres pays du G8, soit la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis, ont également pris part à cette initiative. " Quand le premier ministre Harper verra les papillons adhésifs à l'extérieur de son bureau, il saura que nous le surveillons et que nous dirons au quart de million de militants de la campagne au Canada s'il respecte sa promesse d'éliminer la pauvreté à la rencontre du G8 ", a déclaré Kathy Vandergrift, membre du Comité directeur d'Abolissons la pauvreté.

  3. Programme d'action canadien contre le sida dans le monde. En prévision de la XVIe Conférence internationale sur le sida (du 13 au 19 août), le Global Treatment Access Group (GTAG) a élaboré un programme d'action de la société civile axé sur quatre domaines où le Canada devrait prendre des mesures concrètes pour contribuer à juguler la crise mondiale du sida. Le GTAG est un groupe de travail qui réunit des organisations de développement international, de droits de la personne, d'aide humanitaire et de lutte contre le sida de même que des syndicats et des groupes confessionnels visant à améliorer l'accès aux médicaments essentiels ainsi que d'autres aspects des soins, des traitements et du soutien destinés aux personnes touchées par le sida dans les pays en développement. Les organisations peuvent souscrire à l'adresse www.aidslaw.ca/Maincontent/issues/cts/GTAGplatform2006.htm. On peut également se rendre sur le site web d'Abolissons la pauvreté (www.makepovertyhistory.ca) pour envoyer au premier ministre Stephen Harper un courriel lui demandant de montrer au monde que le Canada entend enrayer la pandémie du sida et abolir la pauvreté.

Vaut un coup d'oeil

  1. Société civile et Déclaration de Paris. Un document d'information, une présentation PowerPoint détaillée et les fichiers sonores d'un atelier du CCCI sur la Déclaration de Paris de 2005 sont maintenant accessibles sur le site web du Conseil. Un groupe d'experts réunissant un représentant de l'ACDI et deux membres de la société civile d'Afrique ont expliqué les incidences possibles de la Déclaration pour les organisations de la société civile du Sud et du Nord. Les fichiers sonores ne sont offerts que dans la langue de présentation. Pour les écouter, voir la page http://ccic.ca/f/002/aid.shtml.

Flash éthique

  1. Nouveaux membres du Conseil. Le conseil d'administration du CCCI a nommé deux nouveaux membres au Comité d'étude du Code d'éthique (CECE). Les anciens membres Paul Maillet et Al-Noor Nenshi Nathoo sont parvenus au terme de leur mandat de deux ans. M. John Hubert, professeur d'éthique à l'Université Dalhousie (Halifax) se spécialisant dans la théorie de la justice et l'éthique des soins de santé, et Mme Susan Quinn, chargée de cours à la Bissett School of Business of Mount Royal College se spécialisant dans l'éthique des ressources humaines, se joignent donc aux membres actuels Chuck Masur et Nina Josefowitz. Les notices biographiques des membres sont affichées dans la section Éthique du site web du CCCI (www.ccic.ca). Le Comité se tient à la disposition des membres pour toute question relative au Code d'éthique du CCCI. Ces questions peuvent porter sur les moyens d'éviter un éventuel dilemme éthique, ou sur un dilemme actuel à propos duquel une organisation aimerait profiter des lumières du CECE. Pour communiquer avec le Comité, écrire à od@ccic.ca.

  2. Charte de responsabilité internationale. Les dirigeants de onze grandes ONG internationales ont récemment ratifié une charte de responsabilité exprimant un engagement commun en matière d'excellence, de transparence et de reddition de comptes. Cette charte constitue un important ajout au nombre croissant de codes et de mécanismes de reddition de comptes établis par les organisations de la société civile du monde entier. Les nombreuses similitudes entre cette charte et le Code d'éthique du CCCI, l'un des tout premiers codes rédigés à l'intention des ONG, accentuent les valeurs, les principes et les règles éthiques auxquels se doivent d'adhérer les organisations de la société civile. La Charte de responsabilité des ONG internationales exige de celles-ci qu'elles s'engagent à respecter les droits internationaux de la personne et les principes de responsabilité, de transparence et d'équité. Elle embrasse également les domaines régis par des règles éthiques que les membres du CCCI considèrent comme essentiels, notamment la saine gestion, la collecte de fonds, les pratiques de gestion et les ressources humaines. Pour en savoir plus, voir le document www.amnesty.org/resources/downloads/INGO_Accountability_Charter.pdf.

 

HAUT
Tous droits réservés © 2009 Conseil canadien pour la coopération internationale | info@ccic-ccci.ca