CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Members

CCIC members include approximately 100 Canadian non-profit organizations working, both in Canada and overseas, on the front lines of social justice, humanitarian aid, economic and democratic development.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Organisations membres du CCCI
Événements du CCCI à venir
Profils des membres
Un mot sur les membres


IMPRIMER

 

Profil d'un membre, mai-juin 2014

EUMC

Entraide universitaire mondiale du Canada

 

MFMC

Madut Majok, un ancient étudiant parrainé via le PPR, lors de sa graduation à l’université Dalhousie, et Julia Keech, membre d’un comité local de l’EUMC.

Ce mois-ci le CCCI s’est entretenu avec Chris Eaton, directeur général de l’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC), l’une des plus anciennes et des plus actives organisations canadiennes de développement international. M. Eaton a parlé de l’un des programmes phares de l’EUMC (lisez l’article pour en savoir plus!) et a partagé ses réflexions et espoirs pour l’avenir de son organisation… entre autres choses!

 

CCCI - Le Programme d’étudiants réfugiés est un des programmes phares de l’EUMC. Pouvez-vous nous en dire davantage sur ce programme et sur ce qui le rend si unique?

Chris Eaton Le Programme d’étudiants réfugiés est le seul programme dans le monde qui combine l’éducation post-secondaire et la réinstallation des réfugiés, et le seul modèle connu de parrainage de jeunes par des jeunes. Ce programme est rendu possible grâce aux jeunes canadiens et aux établissements post-secondaires dont les efforts, combinés à ceux de l’EUMC, de Citoyenneté et Immigration Canada et du UNHCR permettent de créer et de faciliter l’émergence de possibilités d’apprentissage aux jeunes réfugiés qui n’auraient pas accès à une éducation supérieure autrement.

Le programme compte sur des groupes de parrainage dans environ 65 campus post-secondaires à travers le Canada, rejoint plus de 600 000 étudiants canadiens annuellement et accueille 75 nouveaux étudiants réfugiés chaque été.  Avec un taux de diplomation de 97 %, le programme promeut une intégration réussie des réfugiés au Canada, l’engagement civique des jeunes canadiens et l’enrichissement et l’internationalisation des campus collégiaux et universitaires à travers le pays. En 2013, l’EUMC a célébré le 35e anniversaire de ce programme et l’accueil de plus de 1400 étudiants au total.

 

CCCI - L’EUMC est une des plus anciennes ONG du Canada. Qu’est-ce qui explique la longue histoire de votre organisation? Et quels ont été certains des défis auxquels l’EUMC a dû faire face aux cours des dernières années?

Chris Eaton – L’EUMC s’est constituée à l’origine sur les campus universitaires dans les années 1920 et a pris sa forme actuelle en 1957. Cette longévité est attribuable à la relation soutenue entretenue par l’EUMC avec une base forte et engagée, constituée d’étudiants, de professeurs, de volontaires et d’anciens étudiants à travers le Canada. Grâce à leur appui, l’EUMC a développé un grand nombre de relations durables avec des organismes homologues au Canada, en Afrique, en Asie et dans les Amériques – des organisations qui complémentent et renforcent les compétences de l’EUMC, améliorent l’efficacité de ses opérations et étendent la portée et l’impact de ses programmes.

De manière périodique, l’EUMC a aussi dû affiner ses stratégies, mettre à jour ses programmes et réviser ses opérations afin d’assurer la pertinence continuelle de sa mission visant à améliorer les résultats liés à l’éducation, à l’emploi et au renforcement des capacités pour les femmes et les jeunes défavorisés.  Ces changements ont permis à l’EUMC de continuer à apporter une valeur ajoutée aux enjeux et aux défis sur lesquels l’organisation travaille, et de trouver les ressources nécessaires pour le faire. Assurer une pertinence continue et mobiliser les ressources nécessaires demeurent des défis importants pour l’EUMC, comme pour toutes les organisations de développement international, peu importe la taille de leurs opérations.

CCCI - Lors de la plus récente Conférence annuelle du CCCI, le ministre Paradis a annoncé trois appels de propositions destinés aux stagiaires et volontaires canadiens. Comment décririez-vous le rôle – et la valeur – d’un volontaire canadien en 2014?

Chris Eaton – Le contexte dans lequel s’exerce le volontariat canadien – au Canada et à travers le monde – a changé radicalement depuis 20 ans. La compétition entre les donateurs est plus grande et les organisations du Sud sont de plus en plus sophistiquées, innovantes et efficaces. Le résultat, c’est que la valeur ajoutée et le financement pour la coopération volontaire ne peuvent plus être pris pour acquis. En réaction à ce nouvel environnement, le volontariat canadien a aussi changé de manière significative au cours des 20 dernières années. Il est passé d’un volontariat ad hoc et basé sur l’offre par des jeunes canadiens à un volontariat basé davantage sur la demande, le renforcement des capacités et visant des secteurs spécifiques par des professionnels canadiens et locaux à différents stades de leur carrière. Pour demeurer pertinente, la coopération volontaire canadienne devra se débarrasser de ses derniers vestiges de paternalisme; s’engager plus sérieusement auprès d’une plus grande diversité d’acteurs de la société civile, du marché et des gouvernements; et composer plus efficacement avec les enjeux d’échelle et de résultats de développement durable.

CCCI - Quelles sont les projets les plus excitants qui vous attendent au cours des 12 prochains mois?

Chris Eaton L’EUMC amorce une série d’initiatives excitantes qui feront progresser son travail sur l’éducation, l’emploi et le renforcement des capacités pour les jeunes – des initiatives que l’EUMC mettra en œuvre avec ses membres, avec ses partenaires-clés au Canada et à travers le monde, et avec le gouvernement canadien et d’autres donateurs. Une de nos plus importantes initiatives est le renouvèlement d’Uniterra, le programme de coopération volontaire novateur que l’EUMC met en œuvre en collaboration avec le Centre d'étude et de coopération internationale (CECI) à Montréal. Aussi, l’EUMC en est aux premiers stades d’un plan visant à terme à doubler la taille du Programme d’étudiants réfugiés et à investir beaucoup plus dans les systèmes d’éducation des communautés hôtes et dans les camps de réfugiés où sont recrutés les étudiants. Ensemble, ces initiatives – combinées à d’autres projets connexes – garderont l’équipe de l’EUMC très occupée (et passionnée) au cours des prochains mois.

CCCI - Pouvez-vous nous parler un peu, sur la base de votre expérience, de la valeur associée au fait d’être membre du CCCI?

Chris Eaton – Le CCCI est toujours un des forums les plus importants pour rassembler la communauté des organisations non-gouvernementales travaillant dans le domaine du développement – et pour structurer et appuyer leur engagement les uns envers les autres, avec les acteurs internationaux et avec le gouvernement canadien. Le personnel du CCCI a, au cours de la dernière année, mobilisé ses membres sur des enjeux clés pour le secteur. Il a aussi joué un rôle particulièrement important afin d’établir de nouveau un dialogue constructif entre le MAÉCD et la communauté des ONG dans son ensemble – ce qui est de bon augure pour les efforts du Canada en matière de développement international. Dans tout ce travail qui est mené, l’EUMC appuie entièrement le personnel du CCCI .


TOP
 
  • FLASH
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Principes d'Istanbul
  • Code d'éthique
  • Devenez membre
  • COIN DES MEMBRES
  • Publications du CCCI
  • Emploi