CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Members

CCIC members include approximately 100 Canadian non-profit organizations working, both in Canada and overseas, on the front lines of social justice, humanitarian aid, economic and democratic development.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Organisations membres du CCCI
Événements du CCCI à venir
Profils des membres
Un mot sur les membres


IMPRIMER

 

Profil d'un membre, février 2016


Oxfam Québec

Oxfam Québec

Denise Byrnes (directrice générale d'Oxfam-Québec) et le directeur d'Oxfam Grande-Bretagne rencontrent les réfugiés syriens au camp de Zaatari en Jordanie.

Ce mois-ci, le CCCI a rencontré Denise Byrnes, directrice générale d'Oxfam-Québec, pour discuter de droits des femmes, du nouveau programme d’envoi de volontaires, et de l’importance que les Canadiens se préoccupent des paradis fiscaux, et de bien d’autres choses!

 

CCCI - Le 8 mars est la Journée internationale des femmes. Le thème de cette année est Contribuer à la parité et vise à célébrer les réussites des femmes dans les domaines social, économique et culturel. Pourquoi est-ce important de mettre l'accent sur la parité entre les sexes en 2016?  

Denise Byrnes Parce que c'est 2016!  Blague à part, parvenir à l'égalité entre les sexes est crucial si nous voulons réaliser les objectifs de développement durable et bâtir des sociétés équitables. Nous savons que les femmes continuent de faire la majorité du travail non rémunéré, qu'elles gagnent des salaires plus bas pour faire le même travail que les hommes et que, dans beaucoup de pays, elles sont concentrées dans le secteur informel où elles ont peu de sécurité et des salaires faibles. Cela place un grand nombre de femmes dans une situation où elles sont incapables de payer pour des soins de santé adéquats, pour elles-mêmes et pour leurs enfants, ou pour envoyer leurs enfants à l'école. Il s'agit d'un cycle qui contribue à perpétuer la pauvreté d'une génération à l'autre. Comment une société peut-elle progresser économiquement et socialement en laissant de côté la moitié de sa population? Nous savons que lorsqu'elles ont un salaire décent et un accès adéquat aux services sociaux, les femmes et leurs enfants peuvent atteindre leur plein potentiel et se libérer du cycle de la pauvreté. Malheureusement, même au Canada, les femmes continuent de faire face à des barrières importantes à l'égalité entre les sexes, tant dans la sphère privée que dans la sphère publique. La violence fondée sur le sexe, la discrimination et la pauvreté continuent de limiter l'égalité. La réalité, c'est que les femmes constituent toujours la majorité des pauvres dans le monde. Notre travail est donc loin d'être terminé!

 

CCCI - Les droits des femmes et l'égalité entre les sexes sont au cœur du mandat et des programmes d'Oxfam-Québec. Pouvez-vous nous parler d'un projet récent ou actuel portant sur les droits des femmes ou l'égalité entre les sexes, et dont vous êtes particulièrement fière?  

Denise Byrnes – Nous avons récemment complété un projet de cinq ans sur les droits des femmes et l'autonomisation économique dans quatre pays du Moyen-Orient. Le projet a permis de réunir des organisations de femmes de Jordanie, de Palestine, du Liban et de la Tunisie pour former un réseau pour l'autonomisation des femmes. Chaque groupe apportait une expertise particulière : services de soutien financiers et non-financiers pour les femmes, commercialisation et promotion des produits, plaidoyer et campagnes, et recherche. Bâtir ce réseau représentait un défi considérable, mais le résultat final est incroyable! Ensemble, les partenaires ont été en mesure de construire et de développer des microentreprises gérées par des femmes pour en faire de petites et moyennes entreprises, et d'organiser des voyages dans les pays de la région pour favoriser la commercialisation des produits. Elles ont organisé des foires commerciales et une femme d'affaires de la Palestine a même signé un contrat d'approvisionnement avec une compagnie de Montréal pour ses huiles essentielles biologiques.  Elles ont produit des recherches en quatre langues qui ont fait la lumière sur les barrières au développement des entreprises gérées par les femmes dans la région et elles ont mené une campagne qui a connu beaucoup de succès pour faire changer les lois de succession qui discriminaient contre les femmes. En Palestine, elles ont fait pression sur la chambre de commerce pour créer des services adaptés aux femmes, incluant la réduction des frais liés à l'accès au crédit pour les microentreprises. J'ai rencontré des femmes fortes et vraiment courageuses dans le cadre de ce projet.

 

CCCI - Oxfam-Québec a une longue tradition de programmes pour les jeunes et d'envoi de volontaires. Parlez-nous de votre nouveau Programme Accès innovation (PAI) et des raisons pour lesquelles les jeunes Canadiens devraient s'y impliquer.

Denise Byrnes – C'est vrai qu'Oxfam-Québec travaille avec des jeunes, tant ici au Québec qu'à l'étranger, depuis de nombreuses années. Nous avons récemment adopté un nouveau plan stratégique et nous avons décidé de concentrer toute notre programmation sur les jeunes et les femmes. Notre nouveau programme de volontaires vise à renforcer les capacités de nos organisations partenaires pour favoriser le changement dans 12 pays. Nos conseillers techniques volontaires travaillent dans plusieurs domaines : lutte contre la violence faite aux femmes et autonomisation économique des femmes, autonomisation des jeunes et citoyenneté active, sécurité alimentaire et renforcement de la résilience des communautés pour mieux faire face aux changements climatiques et aux catastrophes. Nous appuierons des groupes et des communautés dans la revendication de leurs droits et pour qu'ils puissent forcer leurs gouvernements à rendre des comptes. Au Québec, à travers notre présence dans les écoles et sur les campus, nous continuerons de promouvoir l'implication des jeunes et leur compréhension des enjeux liés au développement. Oxfam-Québec a formé une alliance appelée « Le parcours de l'engagement » avec d'autres partenaires comme Amnistie internationale et les YMCA. Ce parcours offre une série d'opportunités d'engagement aux étudiants du secondaire et culminera avec une reconnaissance en tant que membre du « Collectif de l'engagement ». Nous sommes très heureux de ce partenariat. Notre campagne sur les inégalités continuera de mobiliser les étudiants des cégeps et des universités, en particulier sur la question des paradis fiscaux et de la justice fiscale. Notre pétition a déjà recueilli des milliers de signatures.

 

CCCI - La campagne actuelle d'Oxfam-Québec « Mettons fin à l'ère des paradis fiscaux » met en évidence le lien entre les paradis fiscaux et les inégalités. Quel est l'objectif de cette campagne? Et pourquoi les Canadiens devraient-ils se soucier de cet enjeu?

Denise Byrnes – Notre campagne vise à braquer les projecteurs sur la manière dont les paradis fiscaux et un système de taxation injuste contribuent à accroître les inégalités. Il y a un an, Oxfam rapportait que les 80 personnes les plus riches du monde possédaient autant de richesse que la moitié de la plus pauvre de l'humanité.  Un an plus tard, ils ne sont plus que 62! La concentration de la richesse augmente rapidement et accroît l'écart entre les riches et les pauvres. En même temps, l'utilisation des paradis fiscaux et des échappatoires fiscales permet aux entreprises et aux individus d'éviter de payer leur juste part de taxes. Les milliards de dollars qui dorment dans les paradis fiscaux privent les gouvernements d'importants revenus pour offrir des services publics universels comme l'éducation et les soins de santé à leurs citoyens. Cette perte de revenus alimente les inégalités alors que les gouvernements procèdent à des coupures dans les budgets consacrés à la santé et à l'éducation, prétextant que le financement est insuffisant pour offrir ces services à tout le monde. Des recherches récentes ont démontré que si nous éliminions les flux financiers qui vont vers les paradis fiscaux, l'argent sur lequel les gouvernements africains pourraient compter serait suffisant pour leur permettre d'embaucher assez d'enseignants pour assurer l'éducation de tous les enfants africains. Pouvez-vous imaginer quel impact cela aurait pour le développement? Les Canadiens devraient se soucier de cet enjeu parce que le développement et la réduction de la pauvreté ont des impacts positifs pour tout le monde.  La crise des réfugié.e.s qui se déroule en Europe, par exemple, est directement liée aux gens qui fuient la pauvreté et les conflits. Les gens cherchent une meilleure vie.  Ici, au Canada, nous voyons la même tendance - coupures en santé et en éducation, érosion des services publics. Donc l'utilisation des paradis fiscaux et l'existence d'un système de taxation qui permet aux plus riches d'éviter de payer leur juste part nous concernent tous.

 

CCCI - Oxfam-Québec est un membre très impliqué et très actif du CCCI. Pourquoi est-ce important pour le travail de votre organisation d'être membre du CCCI?

Denise Byrnes Nous sommes membres du CCCI depuis des décennies et nous avons continué à soutenir le CCCI pendant la difficile période qu'il a traversé suite à la perte de son financement du gouvernement. Bien que ce fût un défi pour nous d'augmenter notre contribution de manière significative, nous ne regrettons pas de  nous être rangés derrière le CCCI. Ce fut un long parcours, mais Oxfam-Québec est convaincu que le secteur a besoin d'une voix collective pour faire progresser certains enjeux. Le CCCI a une petite équipe, mais elle est capable d'accomplir une grande quantité de travail! Son personnel fournit des analyses politiques précieuses pour le secteur et peut faire du plaidoyer en faveur de changements de politiques qui ont un impact pour toutes nos organisations, ainsi que pour nos programmes. Son rôle de rassembleur est important pour favoriser les apprentissages, les échanges et l'amélioration des pratiques du développement. Pour plusieurs d'entre nous, le CCCI fournit des analyses importantes sur des enjeux ou des politiques, analyses que souvent nous n'avons pas le temps de faire nous-mêmes. 

Je suis membre du conseil d'administration du CCCI depuis trois ans et je suis très impressionnée par l'engagement des membres et l'appropriation collective du réseau que nous partageons.

 

 


TOP
 
  • FLASH
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Principes d'Istanbul
  • Code d'éthique
  • Devenez membre
  • COIN DES MEMBRES
  • Publications du CCCI
  • Emploi