CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Members

CCIC members include approximately 100 Canadian non-profit organizations working, both in Canada and overseas, on the front lines of social justice, humanitarian aid, economic and democratic development.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Organisations membres du CCCI
Événements du CCCI à venir
Profils des membres
Un mot sur les membres


IMPRIMER

 

Profil d'un membre, mars 2016


Oxfam Québec

Oxfam Québec

La Croix-Rouge canadienne en Syrie, mars 2016.

Ce mois-ci, le CCCI rencontre Susan Johnson, vice-présidente et directrice générale, Opérations internationales et relations au sein du Mouvement de la Croix-Rouge canadienne, pour discuter du conflit en Syrie, de la campagne actuelle de la Croix-Rouge intitulée Visages de l'humanité, des ODD, du Sommet humanitaire mondial et de bien d'autres choses...

 

CCCI - Le conflit en Syrie en est à sa cinquième année et le monde assiste à l'une des plus grandes crises des réfugiés de l'histoire moderne. Comment la Croix-Rouge intervient-elle et quels sont les besoins qui subsistent?  

Susan Johnson Des collègues de la Croix-Rouge sont revenus récemment de la Syrie et des pays avoisinants où des millions de personnes luttent encore pour leur survie et pour assurer la sécurité de leurs familles. Ils ont été des témoins directs du terrible désespoir des populations dans le cadre de leurs passages dans les camps de réfugiés, les zones de conflit et les quartiers détruits. Malheureusement, il n'y a pas de conclusion en vue pour cette crise, et les besoins sont énormes.

Depuis le début du conflit, les travailleurs humanitaires de la Croix-Rouge et de ses sociétés-sœurs, comme le Croissant-Rouge arabe syrien, ont été sur le terrain, risquant leurs vies pour venir en aide aux communautés assiégées et aux personnes réfugiées tout au long de leur dangereux parcours vers l'Europe, le Canada et ailleurs. Les besoins en termes d'abris, de soins médicaux, de nourriture et autres sont immenses et persistants. Mais l'aide humanitaire n'est qu'une solution temporaire. Très simplement, il faut mettre fin à la situation. Assez, c'est assez. Nous devons prioriser les besoins des populations qui souffrent pour que les réponses politiques suivent.

En plus de l'appui constant qu'elle fournit en Syrie et dans les pays avoisinants, la Croix-Rouge a aussi été active pour offrir aux réfugiés syriens arrivant au Canada une aide essentielle. Depuis le début du mois de décembre, les employés et les bénévoles de la Croix-Rouge travaillent avec tous les paliers de gouvernement pour assurer un accueil chaleureux aux individus et aux familles réfugiées en leur offrant confort, espoir et un sentiment de sécurité. 

 

CCCI - Pouvez-vous nous parler de la campagne actuelle de la Croix-Rouge intitulée Visages de l'humanité?

Susan Johnson – Chaque année, plus de 200 millions de personnes sont affectées par des catastrophes et des situations d'urgence à travers le monde et les travailleurs humanitaires canadiens aident régulièrement les personnes les plus vulnérables qui font face à ces crises. La campagne Visages de l'humanité met en valeur l'aide vitale offerte par des médecins, des infirmières, des techniciens, des administrateurs et d'autres professionnels canadiens. Dans le cadre de nombreux événements à travers le pays, les travailleurs humanitaires de la Croix-Rouge canadienne partagent leurs histoires personnelles liées à la lutte contre de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l'Ouest, la réponse au tremblement de terre catastrophique qui a secoué le Népal et l'appui aux réfugiés fuyant la guerre en Syrie. La campagne, appuyée par le gouvernement du Canada, vise à mobiliser et à informer les Canadiens sur plusieurs enjeux humanitaires.

 

CCCI - Le concept d'universalité est au cœur du Programme 2030 et des objectifs de développement durable (ODD). Étant donné le travail de longue date de la Croix-Rouge aux niveaux national et international, que pensez-vous des opportunités et des défis liés à la nature universelle des ODD?

Susan Johnson – Les bénévoles de la Croix-Rouge canadienne répondent à des catastrophes chaque jour de l'année. Par exemple, ils offrent de l'aide d'urgence aux personnes au Canada qui perdent leur foyer suite à un incendie et, à une échelle plus large, ils aident les communautés frappées par des tornades, des inondations, des tremblements de terre et des urgences sanitaires. Nous savons que les familles au Canada et ailleurs sont confrontées à plusieurs risques. Nous savons qu'il y a beaucoup à faire, à tous les niveaux, pour réduire ces risques. Dans cette perspective, je dirais que les ODD offrent une occasion importante au Canada de travailler avec tous les départements gouvernementaux et les acteurs de la société civile pour s'assurer de faire des investissements intelligents qui renforcent la résilience et la préparation des communautés face aux catastrophes, ainsi que dans d'autres secteurs, comme l'eau et l'assainissement, ainsi que la santé communautaire.

 

CCCI - En mai 2016, des gens du monde entier se réuniront à Istanbul pour le tout premier Sommet humanitaire mondial. Selon vous, qu'est-ce qui doit être fait, avant et pendant le Sommet, pour en assurer le succès?

Susan Johnson – Le processus du SHM a été remarquable en termes de mobilisation de gens issus des gouvernements, du système onusien, du Mouvement de la Croix-Rouge et de nombreux groupes de la société civile. Ce n'est donc pas surprenant si les rapports finaux, qui guident l'événement du SHM, incluent un grand nombre d'enjeux. Pour la Croix-Rouge, il y a quelques éléments qui ressortent. Nous sommes heureux de voir l'appel au respect du droit international humanitaire puisqu'une grande partie des souffrances vécues par les gens pris dans les situations de conflit sont le résultat d'attaques délibérées sur des civils et des entraves à l'aide humanitaire. De plus, nous saluons la reconnaissance du fait que les organisations locales devraient être appuyées et renforcées lors des réponses aux crises, et non remplacées par les organisations d'aide internationale.  

Il y a, par contre, quelques éléments qui préoccupent la Croix-Rouge. Nous espérons que les gouvernements participant au Sommet clarifieront et confirmeront qu'ils comprennent bien les différences clés entre les conflits armés et les catastrophes naturelles, ainsi que la nécessité de soutenir une action humanitaire neutre, indépendante et impartiale, surtout en situation de conflit. Nous avons remarqué également que le rapport final est très centré sur l'ONU malgré la diversité des voix engagées dans le processus en amont du Sommet. Nous espérons que les gouvernements participant au Sommet confirmeront que, bien qu'ils apprécient les capacités considérables du système onusien, ils reconnaissent aussi les limites de ce système ainsi que la valeur de la diversité qui existe aujourd'hui parmi les organisations humanitaires.

 

CCCI - La Croix-Rouge canadienne est un membre actif du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) depuis plusieurs années. Pourquoi est-ce important pour votre organisation de faire partie du CCCI et de s'y impliquer?

Susan Johnson À la Croix-Rouge, nous reconnaissons et estimons la valeur du CCCI, qui est constamment en mesure de produire des recherches et de partager de l'information et des analyses sur les tendances de l'aide. Sur la base de consultations auprès de ses membres, le CCCI est également en mesure de représenter nos préoccupations communes auprès du gouvernement du Canada sur des enjeux qui ont un impact sur plusieurs d'entre nous, comme les questions concernant les contrats et les accords de contribution.

 

 


TOP
 
  • FLASH
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Principes d'Istanbul
  • Code d'éthique
  • Devenez membre
  • COIN DES MEMBRES
  • Publications du CCCI
  • Emploi