CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Members

CCIC members include approximately 100 Canadian non-profit organizations working, both in Canada and overseas, on the front lines of social justice, humanitarian aid, economic and democratic development.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Organisations membres du CCCI
Événements du CCCI à venir
Profils des membres
Un mot sur les membres


IMPRIMER

 

Profil d'un membre, novembre-décembre 2016

CISD

 

CISD

Le président de l'ACÉDI, Ian Smillie, aux Journées de la coopération internationale 2015.

Ce mois-ci, le CCCI a rencontré Ian Smillie, président de l'Association canadienne d'études du développement international (ACÉDI), pour discuter du rôle unique de l'ACÉDI, de la Conférence à venir en 2017 et du nouveau projet entre le CCCI et l'ACÉDI, entre autres choses! L'ACÉDI est le premier membre associé du CCCI.

 

CCCI - Quand l'ACÉDI a-t-elle été fondée et pour répondre à quels besoins?

Ian SmillieL'Association canadienne d’études du développement international (ACÉDI), fondée dans les années 1980,  est une association nationale, bilingue, interdisciplinaire et pluraliste consacrée à la promotion de nouvelles connaissances dans le vaste domaine du développement international. L'ACÉDI est une organisation qui repose essentiellement sur l’implication de ses membres. Environ un quart de nos membres sont des étudiants, et 25 % sont des professionnels du développement.

Pour accomplir sa mission de promouvoir et d'appuyer les études du développement international (ÉDI) au Canada et à l'étranger, l'ACÉDI maintient une liste de diffusion afin d'améliorer la communication et l'échange d'informations entre les personnes intéressées et engagées dans les ÉDI dans le monde entier.  L'ACÉDI organise une conférence annuelle et commandite divers événements régionaux chaque année pour échanger des opinions, des expériences et des résultats de recherches, pour améliorer le réseautage et la communication dans la communauté des ÉDI, et pour faciliter l'émergence de nouveaux chercheurs et praticiens du développement.

 

CCCI - Le domaine du développement international a connu une grande expansion dans la dernière décennie, avec de plus en plus d'universités et de collèges offrant des programmes. À quel point est-il facile ou difficile pour les étudiants diplômés de trouver du travail dans leur domaine?

Ian Smillie – Le développement international est l'un des domaines d'études les plus populaires au Canada aujourd'hui. Il y a environ deux douzaines de programmes d'ÉDI dans les universités canadiennes et des milliers de diplômés chaque année. Il y a de nombreux étudiants de premier cycle, mais il y a aussi maintenant plusieurs programmes de maîtrise et trois programmes de doctorat.

Les études du développement sur un CV peuvent aider les diplômés à trouver du travail dans le domaine, mais il y a beaucoup plus de diplômés d'ÉDI qu'il n'y a d'emplois sur le terrain. C'est peut-être comme ça que ça devrait être au fond, avec les Africains, par exemple, qui occupent maintenant plus d'emplois en développement en Afrique que les étrangers. On pourrait poser une question semblable à propos de l'emploi pour les étudiants en sociologie, en économie ou en histoire: combien de diplômés en histoire trouveront un emploi dans leur domaine? Beaucoup de ceux qui persistent trouveront un emploi éventuellement, mais pour ceux qui ne le font pas, l'importance des études en histoire n'en sera pas diminuée. Cela dit, la majorité des étudiants considèrent que leurs diplômes en ÉDI jouent un rôle important dans l'élaboration de leur vision du monde et qu’ils ont une incidence sur leur trajectoire professionnelle, même s'ils ne finissent pas nécessairement par faire ce que nous considérons comme des activités de développement international. Beaucoup utilisent les ÉDI comme un diplôme de premier cycle leur permettant de développer leur pensée critique et leur compréhension du monde pour ensuite se diriger vers des programmes d'études supérieures spécialisés en santé publique, en droit, en commerce ou dans d'autres domaines.

 

CCCI - La Revue canadienne d'études du développement (RCED) est la principale publication de l'ACÉDI; qui peut soumettre des articles et comment le journal est-il diffusé ?

Ian Smillie – Fondée en 1980, la RCED est la seule revue scientifique canadienne consacrée exclusivement à l'étude du développement international. Elle est publiée chaque trimestre par l'ACÉDI, en partenariat avec Routledge. L'adhésion à l'ACÉDI comprend un abonnement à la revue. La RCED est éditée à l'Université Trent et l'administration éditoriale est logée à l'Université Simon Fraser. La RCED se classe au troisième rang  des revues interdisciplinaires en sciences sociales au Canada. Des abonnements aux versions électronique et papier sont disponibles et, en 2015, il y a eu 33 358 téléchargements de textes complets, qui sont importants en eux-mêmes, et qui permettent aussi à la revue de gagner un revenu. N'importe qui peut soumettre un article pour la revue. Les objectifs, le champ d'application et la politique d'examen par les pairs de la revue sont disponibles sur son site web.

 

CCCI - Chaque année, l'ACÉDI organise une conférence annuelle; pouvez-vous nous donner un aperçu de l'édition 2017, en termes de thèmes et de conférenciers?

Ian Smillie – La conférence annuelle de l'ACÉDI rassemble des universitaires, des praticiens et des étudiants intéressés par le développement international et la mondialisation de tous les coins du pays et du monde. Tout le monde est bienvenu. Elle aura lieu du 31 mai au 3 juin 2017 à l'Université Ryerson à Toronto, en collaboration avec le CCCI. Le thème de cette année est Chercheurs et praticiens :  une nouvelle génération de leadership pour le nouveau paradigme en développement. La conférence mettra l’accent sur les collaborations entre chercheurs et praticiens dans un éventail de thèmes, des droits des migrants aux industries extractives. Il y aura deux conférenciers d’honneur (à confirmer) et plus de 150 présentations de travaux dans 28 panels thématiques. L'un de ces panels traitera des « Cheminements de carrière et résultats d'emploi des diplômés en ÉDI au Canada » - c'est le résultat d'une importante étude sur 1900 diplômés des ÉDI, avec l'appui des bureaux des anciens étudiants de 14 institutions post-secondaires à travers le pays.

 

CCCI - Le CCCI et l'ACÉDI vont bientôt démarrer un projet commun qui vise à accroître la collaboration entre le milieu universitaire et les praticiens. Pouvez-vous nous en dire plus sur le projet et les résultats attendus?

Ian Smillie C'est étrange, malgré le grand intérêt pour les études du développement, qu'il y ait somme toute assez peu d'interaction entre le monde des universitaires et celui des praticiens. Les synergies pratiques que l'on voit en Grande-Bretagne et dans d'autres pays sont largement absentes ici. Le projet ACÉDI-CCCI vise à remédier à cela au cours des trois prochaines années, en intégrant les praticiens dans les salles de classe et les universitaires au monde des ONG canadiennes plus près du terrain. Ceci sera réalisé grâce à des événements régionaux et des conférences, et des programmes spécifiques de recherche pratique qui, nous l'espérons, démontreront ce qu’il est possible de faire lorsque les deux mondes interagissent sur un pied d'égalité.

 

 


TOP
 
  • FLASH
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Principes d'Istanbul
  • Code d'éthique
  • Devenez membre
  • COIN DES MEMBRES
  • Publications du CCCI
  • Emploi