CCCI - CCIC
ACCUEIL RECHERCHE PLAN DU SITE CONTACT ENGLISH

Members

CCIC members include approximately 100 Canadian non-profit organizations working, both in Canada and overseas, on the front lines of social justice, humanitarian aid, economic and democratic development.

À PROPOS NOS INTÉRÊTS GROUPES DE TRAVAIL MÉDIAS RESSOURCES MEMBRES
Organisations membres du CCCI
Événements du CCCI à venir
Profils des membres
Un mot sur les membres


IMPRIMER


L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

Profil d'un membre, octobre 2012

Rosemary McCarney

L'équipe de l'AQOCI

CCIC: Pouvez-vous nous donner une présentation générale de l’AQOCI : quand l’organisation a-t-elle été fondée, combien de membres compte-t-elle et quels sont vos dossiers prioritaires en ce moment?

AQOCI: L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) regroupe 65 organisations de 13 régions du Québec qui œuvrent, à l’étranger et localement, pour un développement durable et humain. Depuis 1976, l’AQOCI a pour mission de promouvoir et de soutenir le travail de ses membres ainsi que leurs initiatives en faveur de la solidarité internationale. En s’appuyant sur la force de son réseau, l’AQOCI œuvre à l’éradication de la pauvreté et à la construction d’un monde basé sur des principes de justice, d’inclusion, d’égalité et de respect des droits humains. Le réseau de l’AQOCI comprend plus de 1000 organisations partenaires à travers le monde; plus de 10 000 bénévoles au Québec et à l’étranger; des milliers de donateurs et donatrices qui soutiennent généreusement les activités de développement et d’aide humanitaire et près de 2000 coopérant-e-s et stagiaires québécois-e-s qui collaborent annuellement avec des partenaires du Sud. Parmi les projets et les dossiers qui sont prioritaires pour l’AQOCI en ce moment, notons la campagne Partenaires solidaires, les Journées québécoises de la solidarité internationale, le Comité québécois femmes et développement, les stages Québec sans frontières, la Table sur l’éducation du public et le programme de formation et de développement des capacités des organismes membres.


CCIC: Le Québec nous a donné des exemples inspirants de changement social ces derniers mois: le mouvement étudiant, l’élection d’une première femme comme première ministre, etc. Comment ces mouvements peuvent-ils influencer le secteur du développement international au Québec et au Canada?

AQOCI: De nombreux changements sociaux ont effectivement eu lieu au Québec depuis le printemps dernier. Les organismes de coopération internationale (OCI) membres de l’AQOCI ont notamment appuyé le mouvement étudiant afin d’ancrer les luttes internationales dans les luttes locales au Québec. C’est d’ailleurs un succès de la coopération internationale d’ainsi décloisonner les enjeux internationaux afin de les rendre accessibles à la population québécoise.

De plus, le mouvement étudiant du « printemps érable » a bénéficié de nombreuses solidarités du monde entier – de la France au Japon, en passant par les États-Unis, l’Australie et le Chili, des citoyennes et des citoyens de partout dans le monde ont démontré leur appui aux étudiantes et aux étudiants du Québec.

Quant à la récente élection d’une première femme première ministre du Québec, cela nous donne espoir que ce modèle inspirant permettra aux filles et aux femmes d’aller de l’avant et de prendre des positions de leadership dans leurs milieux d’intervention respectifs.
Les mouvements actuels au Québec ont eu – et continuent d’avoir – une influence sur le secteur de la coopération internationale dans la mesure où ils nous aident à structurer nos messages, nos actions et nos mobilisations et ils nous permettent de constater que le pouvoir du nombre peut aider à changer les choses.


CCIC: L’AQOCI elle-même a été impliquée dans plusieurs campagnes qui reflètent ce désir de changement chez les Québécois: le travail avec la coalition Pas de démocratie sans voix, l’initiative pour rapatrier l’enveloppe de l’aide internationale au Québec, et la campagne Faisons les comptes qui se tiendra pendant les Journées québécoises de la solidarité internationale. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ces différentes campagnes et sur les changements que l’AQOCI aimerait voir dans le futur?

AQOCI: Partenaires solidaires est la campagne de l’AQOCI et de ses 65 OCI membres pour un meilleur partenariat en coopération internationale. Nous souhaitons faire partie d’un partenariat à part entière avec le gouvernement fédéral, basé sur le dialogue et dans le respect de l’autonomie des organisations. De nombreuses actions sont mises en place dans le cadre de la campagne afin de sensibiliser notre réseau ainsi que le grand public québécois aux enjeux actuels de la coopération internationale.

Chaque automne depuis 1996, l’AQOCI organise les Journées québécoises de la solidarité internationale (JQSI) avec l’appui du ministère des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur du gouvernement du Québec. Lors de ce rendez-vous annuel, le public québécois est invité à participer à de nombreuses activités qui lui permettent de s’informer sur les enjeux actuels de la solidarité internationale. Le thème pour l’année 2012 est « Faisons les comptes! Pour une économie juste au service de l’humain ». Une action citoyenne permettant d’interpeller trois pouvoirs économiques dont les décisions ont des impacts sur des millions d’habitants du monde entier sera lancée sous peu et est organisée conjointement avec Partenaires solidaires.

Quant aux changements que l’AQOCI aimerait voir dans le futur, ils sont simples. Nous aimerions tout simplement pouvoir revenir à la base de notre mission et défendre nos valeurs en lien avec la coopération internationale; travailler conjointement et solidairement afin de lutter contre la pauvreté et de construire un monde basé sur des principes de justice, d’inclusion, d’égalité et de respect des droits humains.


CCIC: Nous savons que les OSC au Québec ont été particulièrement touchées par les changements dans le mécanisme de financement à l’ACDI et les résultats des derniers appels de propositions; pouvez-vous nous dire comment se portent ces organisations aujourd’hui, et quelle est leur capacité de résilience?

AQOCI: La campagne Partenaires solidaires mène actuellement une vaste recherche visant à faire état de la situation des OCI au Québec, puisque de nombreuses organisations membres de l’AQOCI ont été grandement fragilisées par le virage idéologique de l’aide internationale et les changements dans le mécanisme de financement de l’ACDI. Par ailleurs, leur motivation, leur résilience et leur stabilité dans l’épreuve sont exemplaires. Les OCI ont décuplé les énergies pour mobiliser leur base et défendre leur mission, ainsi que le travail de leurs collaborateurs du Sud, afin que perdurent les partenariats établis depuis de nombreuses années.

La force du réseau, c’est aussi de trouver des alternatives au financement traditionnel et de travailler de façon créative pour palier aux lacunes actuelles. Le partenariat avec le ministère des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur du gouvernement du Québec est positif et se développe d’une façon d’autant plus constructive étant donné la conjoncture actuelle, qu’ils suivent de très près.

CCIC: Finalement, quel est le rôle de l’AQOCI au sein du Réseau Inter-Conseil et du CCCI? Comment qualifiez-vous la participation de l’AQOCI et de ses membres au sein de la communauté du développement international canadienne?

AQOCI: L’AQOCI a un rôle très actif au sein de ses nombreux réseaux, notamment le Réseau Inter-Conseil et le CCCI, tout particulièrement quant à ses expertises en plaidoyer politique et en égalité entre les femmes et les hommes (EFH).

Ces partenariats constituent des espaces privilégiés de partage d’information, d’échange et de développement des capacités.

 


TOP
 
  • COIN DES MEMBRES
  • FLASH
  • QUI FAIT QUOI
  • Devenez membre
  • Emploi
  • Programme en 10 points
  • Code d'éthique
  • Bilan de l'aide