Le CCCI engage le premier ministre à donner la priorité à la sécurité des civils en Afghanistan durant le sommet de l'OTAN

le 1er avril 2009

Dans une lettre au premier ministre Stephen Harper, à la veille du Sommet de l'OTAN qui se tiendra à Strasbourg les 3 et 4 avril, Gerry Barr, président-directeur général du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI), engage M. Harper à assumer le rôle de leader en préconisant des mesures susceptibles d'améliorer la sécurité et la protection des civils dans une situation de conflit, en particulier, les personnes œuvrant au développement et à l'aide humanitaire en Afghanistan.

Joint à la lettre, un document d'information sur les relations civilo-militaires en Afghanistan intitulé L'aide dans le collimateur montre que l'insécurité menace de plus en plus les civils afghans et les travailleurs de l'aide : les 120 attaques contre ces derniers en 2008 se sont soldées par 58 victimes et 92 enlèvements. Dans la même année, les écoles ont essuyé 256 attaques qui ont causé la mort de 58 civils et fait 46 blessés. À cause de l'insécurité, plus de 600 écoles ont dû fermer leurs portes privant ainsi 300 000 élèves d'un enseignement indispensable.

Les liens perçus entre les forces militaires internationales et les travailleurs de l'aide ont provoqué les menaces des groupes antigouvernementaux contre les organisations de développement et d'aide humanitaire, ce qui freine les efforts de développement et nuit à la bonne marche du travail au sein des collectivités vulnérables.

« Les interventions militaires en matière d'aide qui s'avèrent un risque croissant pour les civils nous inquiètent profondément », fait observer M. Barr.

Le CCCI se dit aussi préoccupé du fait que la répartition de l'aide au développement et de l'aide humanitaire dans les régions, loin de répondre aux besoins, obéit à des impératifs militaires. Par exemple, le Canada affecte 50 p. 100 de son aide à la province de Kandahar, au détriment des collectivités pauvres et vulnérables ailleurs dans le pays. Cela pourrait avoir pour effet d'accroître les tensions entre le Nord et le Sud.

Dans sa lettre, Gerry Barr demande instamment à M. Harper que, durant le sommet de l'OTAN, il :

1. recommande une nette démarcation entre l'aide dispensée par les civils et les interventions des militaires en Afghanistan;

2. exhorte tous les pays contributeurs de contingents à respecter et à mettre en pratique les lignes directrices civilo-militaires afghanes, ainsi qu'à observer rigoureusement les normes du droit humanitaire international;

3. reconnaisse et préconise une répartition équilibrée de l'aide et des actions de développement dans toutes les régions selon leurs besoins, ainsi que le rôle des citoyens et du gouvernement afghans dans la définition de leurs propres objectifs.

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec :

Peter Puxley
Relations avec les médias
Conseil canadien pour la coopération internationale
ppuxley@ccic.ca

Tiffany Baggetta
Agente de communication principale/Défense des droits
Vision mondiale Canada
www.worldvision.ca