Les populations démunies de la planète : Elles sont les plus touchées par la crise financière mondiale, mais le budget fédéral n'en tient pas compte

Le 27 janvier 2009

La crise financière et économique mondiale sera dévastatrice pour les populations pauvres de la planète, ce qui risque de donner lieu à plusieurs tragédies. Malheureusement, il n'a nullement été question d'aide à l'étranger dans le budget que le gouvernement fédéral a déposé aujourd'hui. Le ministère des Finances a toutefois reconfirmé son engagement à augmenter de 8 % le budget de l'aide étrangère.

« Aujourd'hui, nous nous attendions à ce que le gouvernement reconnaisse que ce seront les populations démunies qui souffriront le plus des effets de la crise financière », a déclaré Gerry Barr, président-directeur général du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI). Il a ajouté que « Cette crise touche le monde entier et exige que tous les pays fassent leur part. Nous ne pouvons céder à la tentation de nous centrer sur nous-mêmes, et d'ignorer les plus démunis et les plus vulnérables qui vivent dans les pays en développement. »

Le CCCI exhorte le gouvernement à maintenir le cap sur l'objectif internationalement reconnu, consistant à consacrer 0,7 p. 100 du revenu national brut à l'aide étrangère, objectif qu'il pourra atteindre en accroissant cette aide dans une proportion de 15 % par année pendant les dix prochaines années.

Le gouvernement conservateur avait déjà consenti une hausse de 8 % pour 2010, au plus tard. Malheureusement, aucun plan d'aide à long terme n'a été prévu après cette date. Le Canada n'a pas encore atteint la moitié de son objectif de 0,7 %, se maintenant actuellement aux alentours de 0,32 % du RNB. Le CCCI estime que le montant de l'aide publique au développement pour 2009-2010 sera de 4,8 milliards de dollars, soit la même somme qu'en 2008-2009, et ce, malgré l'augmentation de 8 %. Des crédits supplémentaires de l'ordre de 230 millions de dollars se sont ajoutés à l'APD.

« Nous ne pouvons nous limiter au respect de nos engagements passés en matière d'aide. La situation exige que nous en fassions davantage pour veiller à ce que les plus démunis de notre monde n'aient pas à porter le fardeau de la crise financière et économique qui affecte le monde entier », de conclure monsieur Barr.

Pour plus d'information veuillez contacter :

Katia Gianneschi
Relations avec les médias
Conseil canadien pour la coopération internationale
613-241-7007, poste 311
katiag@ccic.ca