CCCI - Flash
Le bulletin électronique bi-mensuel www.ccic.ca
IMPRIMER ENGLISH

Dernières nouvelles
Le 18 décembre 2009

1. D’éminentes personnalités canadiennes réclament l’accès aux médicaments abordables


Le 1er décembre, Journée mondiale du Sida, 59 spécialistes canadiens dans les domaines de la politique, du développement, du droit, de la médecine et des arts ont demandé aux parlementaires de réformer le régime canadien d’accès aux médicaments (RCAM). Parmi les signataires, on peut citer l’ancien premier ministre du Canada, Paul Martin, l’ancien lieutenant-gouverneur de l’Ontario, James Bartleman, l’ex-envoyé spécial des Nations unies pour le VIH-sida en Afrique, Stephen Lewis, le président sortant de Médecins Sans Frontières International, le Dr. James Orbinski, la danseuse étoile, Karen Kain, l’environnementaliste, David Suzuki, le p.-d. g.du CCCI, Gerry Barr ainsi que d’anciens députés, des chercheurs émérites et des syndicats nationaux, des spécialistes des questions sociales, et des chefs religieux. Il ressort d’un sondage Pollara effectué récemment que 80 p. 100 des Canadiens et Canadiennes sont en faveur d’une réforme de la législation. Le Réseau juridique canadien VIH/sida et d’autres organisations non gouvernementales ont réclamé une réforme de la législation puisqu’il n’y a eu, en cinq ans, qu’un seul envoi de médicaments. Un projet de loi d’initiative parlementaire visant à modifier le Régime canadien d’accès aux médicaments (RCAM) est actuellement à l’étude à la Chambre des communes et au Sénat. La lettre, les résultats exhaustifs du sondage et la documentation pertinente sont accessibles sur le site Web du réseau juridique canadien VIH/sida.

2. La rencontre ministérielle de l’OMC, un non-événement : les pays en développement lancent leur propre cycle commercial

Sud-Sud


La 7e réunion ministérielle de l’OMC qui s’est tenue à Genève est passée inaperçue – la première réunion avait eu lieu en 2005. Le Cycle de Doha en perte de vitesse n’était pas officiellement à l’ordre du jour, étant donné le manque de motivation bien évident des principaux acteurs, notamment les États-Unis, qui ne tiennent pas à respecter des engagements de libéralisation, alors qu’ils font l’expérience d’un ralentissement de l’activité économique mondiale. Les membres se sont engagés à évaluer la situation relativement au cycle de Doha au début de 2010. Le ministre canadien du Commerce, Stockwell Day, a participé à la rencontre et a fait remarquer dans sa déclaration que le Canada maintiendrait son engagement de poursuivre le commerce bilatéral et les opérations d’investissement, notamment avec la Corée du Sud et le Maroc. Parallèlement à la réunion ministérielle de l’OMC, les ministres de 22 pays en développement, qui se prévalent du Système global de préférences commerciales entre pays en développement, ont annoncé qu’ils créaient un nouveau cycle de réductions tarifaires dans le cadre du cycle de « São Paulo », sous les auspices de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Ils ont convenu des modalités de réduction des tarifs sur les produits avec les pays qui souhaitaient mettre au point les accords d’ici septembre 2010. Pour un complément d’information, lire le communiqué de la CNUCED  (en anglais seulement).


3. Contribution à la déclaration des OSC sur le G-20 et la gouvernance mondiale

 

Le G-20 se réunira au Canada en 2010. C’est le moment tout indiqué de se pencher sur les structures de la gouvernance mondiale, sa représentativité, sa transparence et sa reddition de comptes. Des réseaux d’OSC, dont le CCCI, BOND (UK), GCAP-India et l’Initiative d’Halifax, sont en train de rédiger des demandes pour une plus grande reddition de comptes et une représentation élargie au sein du G-20, y compris la nécessité de renforcer les Nations unies. Une version provisoire de la déclaration a été distribuée pour rétroaction. Les personnes qui désirent en recevoir copie et offrir des commentaires sont priées de joindre Gauri Sreenivasan, Orientation politique au CCCI.

Sondage éclair du CCCI

 

4. Priorités en matière de changement climatique 


Les résultats du dernier sondage indiquent que 82 p. 100 des répondants ont affirmé qu’au sommet à Copenhague le Canada doit avoir pour priorités de réduire considérablement ses émissions de gaz à effet de serre, de fournir aux pays en développement un appui financier leur permettant de s'adapter au changement climatique et de les aider à tirer profit des « technologies vertes » et à se convertir à une économie à faibles émissions de carbone.  Nous vous invitons, cette fois, à répondre à notre nouveau sondage touchant les résultats du sommet des Nations unies sur le climat à Copenhague.

À venir

 

5. Rencontre au sujet de la création d’un organisme canadien de promotion de la démocratie


Le Rapport du Comité consultatif sur la création d’un organisme canadien de promotion de la démocratie a été déposé à la Chambre des communes à la fin du mois de novembre. On s’attend que la loi devant permettre la création de cette nouvelle entité soit adoptée en 2010. Le CCCI et quelques membres ainsi que d’autres réseaux d’OSC, ont demandé instamment au ministre d’État à la réforme démocratique, Steven Fletcher, de recevoir les suggestions des organisations de la société civile au sujet du rapport. Ils ont souligné l’importance, pour la nouvelle Agence, de la poursuite du dialogue avec les OSC en ce qui concerne la nouvelle entité. Le ministre Fletcher s’entretiendra avec les OSC canadiennes à propos du rapport du Comité consultatif le 12 janvier sur la colline du Parlement. Le nombre de places est limité. La priorité sera accordée aux organisations possédant une expertise ainsi qu’une expérience de la programmation en matière de promotion de la démocratie. L’on veillera également à assurer une représentation équilibrée des divers types d’organisations. Veuillez adresser toute demande de renseignement à Fergus Watt du Mouvement fédéraliste mondial.

Flash éthique

 

6. Chère Madame Éthique

 

Nous avons organisé dernièrement une activité de collecte de fonds qui a remporté un grand succès. Si nous donnons une fête en l’honneur des bénévoles, qui ont aidé à l’organiser, et des personnalités, qui ont offert des dons en espèces ou ont donné de leur temps, serait-il inacceptable sur le plan de l’éthique d’utiliser l’argent de l’organisation?

Cœur à la fête

 

Cher Coeur à la fête : Si la somme allouée à l’organisation de la fête est dérisoire, cela ne pose pas de problème sur le plan de l’éthique. Les organisations doivent avoir à cœur de bien traiter leurs bénévoles, et il convient de les remercier de leur aide. Par contre, s’il s’agit d’un pourcentage élevé du profit réalisé par l’organisateur de la collecte de fonds, ou si l’activité comporte un bénéfice personnel, des questions d’éthique pourraient se poser quant à l’utilisation appropriée des fonds et à la gestion des situations de conflit d’intérêts. Vous pouvez offrir une fête pour manifester votre gratitude sans craindre d’enfreindre les principes éthiques. Cependant, le fait de dépenser même une petite somme pourrait déplaire à certaines personnes. Mais c’est là une question de perception et non d’éthique. N’hésitez pas à consulter votre spécialiste en relations publiques. Comme Emma Goldman, Madame Éthique pense que « toute révolution est matière à réjouissance ».

N. B. Ce Flash est le dernier de l’année 2009. Les articles devant paraître dans le premier Flash de l’année prochaine, soit le 22 janvier 2010, doivent être remis au plus tard le
15 janvier.

Pour faire publier un texte, prière de l’envoyer à Katia Gianneschi. À noter que les articles destinés au Flash ne doivent pas avoir plus d’un paragraphe.

HAUT
Tous droits réservés © 2009 Conseil canadien pour la coopération internationale | info@ccic-ccci.ca